Compagnie

  • Digg
  • Del.icio.us
  • Facebook
  • MySpace

Le théâtre en chorégraphie danse avec le texte et s’exprime en mouvement. La parole souffle en poésie un monde de conscience et la danse transmet des émotions qui ne s’expliquent pas avec des mots. Juste l’envie d’aller à l’essentiel, sans artifice.

La Compagnie Les Dormeurs Téméraires – théâtre en chorégraphie - est active depuis l’hiver 2002. Co-fondatrice de cette compagnie, Valérie Maillard est diplômée de la Scuola Teatro Dimitri, école universitaire de théâtre de mouvement. Boursière de l’Institut Suisse de Rome qui parraine la compagnie depuis son début, elle a posé ses valises sur le bord du Tibre durant 5 ans, à Lyon, au confluent du Rhône et de la Saône durant 2 ans et viens de se transférer près de la Seine, à Paris.

Son travail s’inspire complètement du lieu dans lequel elle vit. Elle aime se plonger dans l’inconnu pour y trouver l’essentiel de cet endroit. De Rome est née Secondes Blanches (2003-04), dont le thème était le vide, fortement ressenti au sein de cette ville monumentale, puis Quelque Part (2004-05), un monde de voyage, inspiré de l’esprit voyageur de l’écrivain suisse Nicolas BOUVIER et de ses découvertes romaines. Viennent ensuite Ce jour-là (2006) et Bienheureuse (2007), un work in progress et un spectacle qui expriment les différentes étapes de la vie d’une femme de nos jours face à sa foi, en s’appuyant sur le support iconographique de La Madone à l’Enfant et du sentiment spirituel qui en émane. Bienheureuse (2007) offre une vision de Rome à travers des projections vidéo, filmées par la caméra de Marie-Jeanne URECH, réalisatrice de documentaires lausannoise. Le work in progress Zu Zweit / In Due (2007), est une expérimentation sur le thème-guide des jumeaux, avec Irina LOREZ (chorégraphe-danseuse de Lucerne, formée à la Folkwangschule d’Essen et à la R.I.D.C de Paris), en collaboration avec Domenico FERRARI (compositeur et musicien zurichois, laptop et electronics). En automne 2007, en collaboration avec le théâtre des Gens, elle a eu l’occasion de présenter un spectacle nommée La joie de la connaissance (2007) dans le cadre de la Magistrale de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (CH). A Lyon, la rencontre de Caroline ORIOT, jeune scénographe diplômée de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), les amène le 26 juin 2008 à la présentation d’un work in progress nommé Mémoires du plâtre (2008), lors de sa soutenance de mémoire « La Matière – Espace du Corps ». Fascinée par cet univers et fortement encouragées, nous avons décidé de développer ce projet par une performance L’Empreinte du geste (2009) qui a été sous les feux des projecteurs lors de La Nuit des Musées de Lyon, le 16 mai 2009.

PDF - 121.4 ko
cv de Valérie Maillard
galerie